2020-2021, Sortie

A l’assaut des grandes voies de la Jonte

Pas de sortie alpinisme cette année mais une sortie grandes voies dans les gorges de la Jonte pour 4 grimpeurs du club. Un site d’exception avec ses falaises calcaires de plus de 100m survolées par les vautours Moine et Fauve réintroduits avec succès à partir des années 80.

Le village du Rozier, au confluent de la Jonte et du Tarn, nous accueille dans le calme d’une période scolaire, avec ses terrasses de nouveau ouvertes !

Jour 1 – Secteur du Vase de Sèvre – Voie « Feu Foret » – 5b / 5b / 5b – 100m

Avec une météo au beau fixe et sans certitude sur celle des jours suivants, nous décidons de commencer directement le séjour par une grande voie.

Après 30 minutes d’approche sportive, nous arrivons bien réchauffés au pied de la voie. Compte tenu de notre préparation physique limitée par les circonstances, de l’engagement propre aux grandes voies pour la personne en tête, du poids des cordes en fin de longueur ou encore des rafales de vent qui viennent titiller l’équilibre dans les passages délicats, le choix d’une voie facile, probablement la grande voie la plus accessible de la Jonte, nous apparaît comme raisonnable et judicieux.

De gauche à droite et haut en bas : (1) Daniel dans la 2ème longueur. (2) Florent puis (3) Philippe au bout de la voie. (4) lovage de corde au pied du vase de Sèvre. (5) 2ème rappel.

Jour 2 – Gorges du Tarn – Secteur de « La Figue au Cul »

Les gorges du Tarn offrent un avantage sur celles de la Jonte : par jour de pluie, les énormes surplombs creusés par le Tarn au fil des siècles proposent un parapluie naturel, permettant de grimper au sec.

C’est le choix que nous faisons pour ce 2ème jour, avec des voies d’une longueur et la possibilité de s’essayer sur des cotations plus relevées… à notre niveau bien sûr. A côté de nous, les grimpeurs venus de loin et qui séjournent dans leur van au pied des voies jouent dans le 7 et le 8. Nous n’irons pas jusque-là…

Jour 3 – Secteur du Révérend – Voie le Révérend – 120m – 5b+ / 5b / 5c / 5b+

La météo s’avère idéale pour une belle diagonale de plus de 100m dans le pilier du Révérend. La marche d’approche est un peu plus courte et douce que celle du vase de Sèvre. La voie en revanche se révèle être un peu difficile à suivre dans sa partie diagonale avec des écarts entre broches conséquents et la suivante qu’il faut trouver, parfois en désescaladant… Plus variée que « feu foret », la voie se finit par une longue et belle cheminée accidentée aux broches éloignées. Mieux vaut ne pas trop penser à la chute en tête et assurer chaque mouvement…

(1) marche d’approche. (2) Philippe et Florent au départ. (3) Philippe dans la 1ere longueur. (4) Daniel et (5) Samuel sur la vire au 2ème relai. (6) Philippe dans la cheminée (dernière longueur).

Florent et Philippe au 2ème relai avec le rocher de Capluc et le village du Rozier en contre-bas.

Après une pause déjeuner et une petite sieste, nous enchaînons sur un secteur au pied du révérend proposant des voies d’une ou 2 longueurs. C’est avec les jambes lourdes et les doigts fusillés par la roche abrasive que nous trinquerons en terrasse à cette magnifique journée.

Jour 4 – Secteur du Bitard – Voie le Bitard – 105m – 5b / 5b / 5c / 5a

Nos organismes un poil fatigués après ces 3 jours de grimpe, nous décidons, malgré le risque de pluie en début d’après-midi, de nous lancer dans une dernière grande voie. Celle du bitard a l’avantage de proposer un relai chaîné pour un rappel à mi-voie, si la menace devenait trop grande.

La marche d’approche se révèle être accidentée et casse-pattes. Nous sommes en sueur avant l’attaque de la 1ere longueur après avoir arpenté en long et en large le rocher avant de trouver le départ.

Les premières gouttes tombent à mi-voie et Philippe et Daniel jouent la prudence. J’accompagne Florent, déjà lancé dans la 3ème longueur à l’arrivée de la pluie. Elle ne dure pas et nous terminons la voie au sec, avec une dernière longueur facile et agréable sur l’arête du Bitard, sous le regard de l’imposante « Roche Décollée » dernière nous.

(1) Marche d’approche vers le Bitard. (2) Au pied de la voie. (3) Florent entre bois et roche. (4) Florent et Philippe au 1er relai. (5) Daniel dans la 2ème longueur. (6) Philippe au 2ème relai. (7) Florent au 3ème relai. (7) Samuel en haut de la voie avec la roche décollée au fond. (8) Rappel de 50m indiqué sur le topo… effectivement (cordes à double de 50m).

Nous quittons le Tarn et ses roches calcaires sans hâte de retrouver nos courtes roches de schiste ou granit, mais la tête remplie de magnifiques images et le cœur emballé à l’idée de remettre ça, ici ou ailleurs.